UN PAYS D’EAU ET DE MONTAGNES

LANGUE ET ÉCRITURE
Elle est d’origine austro- asiatique. Monosyllabique, elle comporte six tons et s’est inspirée de l’écriture chinoise jusqu’au X* siècle (chu han). Remplacée au XIV” siècle par une écriture simplifiée, chû môm, elle sera transcrite en une écriture à base de caractères latins au XVII1 siècle, par le jésuite français Alexandre de Rhodes (1591-1660), qui lui a donné le nom de quoc ngu. Ce nouvel alphabet de 12 voyelles et 25 consonnes remplacera, au début du XX‘ siècle, le système de transcription à caractères chinois, trop élitiste. Hormis cette langue officielle de la majorité
Kinh, de nombreuses tribus minoritaires possèdent leurs propres parlers (cham, thai, kmer, miao yao’…). Rappelons que, de 1858 à 1945, la langue officielle pratiquée était le français.

POPULATION
Un peuple multiple
Le Vietnam représente la douzième plus forte population mondiale avec 85 millions d’habitants dont la moitié n’a pas 25 ans. Sa densité moyenne est de 240 hab./km2. 80 % de la population est constituée de Viêts, ou Kinh, qui habitent en plaine et dans les villes, et cultivent du riz. Leur groupe ethnique est un mélange de Chinois, d’indonésiens, de Thaïs, qui s’est opéré entre 200 av. et 200 apr. J.-C., dans le delta du fleuve Rouge. Le reste de la population (environ 20 %) est constitué d’une soixantaine d’ethnies ou de nationalités qui vivent à la campagne : des Thaïs, des Khmers, des Muong, des Hmong, etc.
On peut y ajouter la communauté chinoise avec ses traditions ancestrales et son goût prononcé pour le commerce. En dépit de la rupture, en 1979, des relations entre la Chine et le Vietnam, et de la tentation de l’Occident, les Chinois sont encore nombreux (plus d’un million) et surtout concentrés dans le sud du pays. Malgré l’effort du gouvernement pour « vietnamiser » les nombreuses minorités ethniques, on distingue cinq grands groupes :
– La famille austro-asiatique (Môn-Khmère) est la plus ancienne, établie en Indochine : les Kinh, ou Vietnamiens. Ils sont issus des Yué (tribus chinoises) et de populations mélano-indonésiennes. Cette famille englobe des tribus de montagnes et de plateaux (Mnong, Lâc), des Khmers rescapés du puissant empire angko- rien et des populations Muong.
– La famille austronésierme (Malayo-Polynésienne) est composée des Câms, des Chru, des Hroi, des Jaraï, des Rhadé et des Raglaï. On connaît surtout les Câms (ou Chams) qui furent à la tête d’un grand royaume établi en Annam, vaincu par le nord du pays, au XV s.
– La famille Thaï-Kadai constitue la plus grande minorité au nord du fleuve Rouge, dans les montagnes bordant le delta et dans l’arrière- pays du Thanh Hoa et du Nghe Tinh. Ces populations se divisent en deux familles principales : les Thaï Khao blancs et les Thaï Dam noirs.
– La famille Miao-Yao cultive toujours le pavot (malgré les interdictions) et vit au-dessus de 600 m d’altitude. Les Miao (ou Méo) et les Yao sont originaires du sud de la Chine.
– La famille sino-tibétaine se compose de montagnards Lolo, Hani (répartis dans le haut Tonkin) et de Hoa, commerçants d’origine chinoise. Les Lolo pratiquent la culture sur brûlis à jachère et la riziculture inondée, dans les vallées.
Une société encore traditonnelle
Jusqu’au début du XX1 siècle, elle était essentiellement constituée de populations rurales. Dans les villes importantes (Hanoi, Hué), les administrateurs, les lettrés, les commerçants et les artisans placés sous l’autorité royale constituaient une société hiérarchisée. Avec la colonisation française, la modernisation du pays, le développement économique, la partition politique du terri-toire, l’installation autoritaire du socialisme, l’intervention américaine, l’émigration des années 1970-1980, cette société est totalement différente de ce qu’elle était à l’époque des Empereurs. Mais, marquée par dix siècles d’occupation chinoise, elle en a gardé la hiérarchie bureaucratique, l’influence morale confucianiste et bouddhiste. Si l’on ajoute à cela le culte des ancêtres et certaines croyances populaires, il subsiste une structure familiale patriarcale encore forte et un mode de vie rythmé par le cycle des saisons et des fêtes religieuses.

查看更多:申请越南旅游签证的材料可申请两个月越南旅游签证吗下龍灣一日遊越南 下龙湾旅游

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*